Comment réussir un couscous facilement ?

Comment réussir un couscous facilement ?

La cuisine orientale a toujours été fascinante. Nombreux sont ceux qui aimeraient bien réussir à cuisiner un couscous, mais ce n’est pas chose facile. Voici quelques astuces.

Se munir des outils nécessaires

Pour réussir un bon couscous marocain, il vous faudra avoir les bons outils, en l’occurrence un couscoussier. Cet outil vous permettra de cuire la semoule dans le compartiment de cuisson à vapeur, tandis que le bouillon sera mijoté dans la marmite. Grâce au couscoussier, la semoule est plus légère et plus digeste, tout en étant agrémentée des différentes saveurs et senteurs du bouillon.

Read more

Faire pousser un oranger dans son jardin

Avoir un beau jardin potager est un rêve que partagent de nombreuses personnes. Et dans ce jardin, on retrouvera souvent un oranger parmi les arbres fruitiers que l’on y a planté. Mais justement, comment y planter et faire pousser un oranger ? Quelles étapes suivre ?

oranger

Une préparation très importante

Planter un oranger demande une certaine technique et beaucoup d’expérience. Le plus important, c’est de bien préparer la plantation. Il faudra par exemple décaisser le sol sur une surface de 1m² à une profondeur de 80 centimètres environ un mois ou deux avant de planter l’oranger. Cela servira alors à préparer le sol et à en faire ressortir la partie la plus fertile. Par ailleurs, il faudra également préparer la terre sur 25 centimètres tout autour du trou, afin que les racines puissent se développer.

Bien choisir le plant d’orangers

Pour planter un oranger dans votre jardin, vous devrez choisir un bon plant. Généralement, ils ont tout au plus quatre ou cinq ans. Au-delà, il serait trop vieux pour donner de bons fruits. Avant de planter l’oranger, il faudra penser à bien bassiner la motte afin de préparer les racines du plant.

Comment le planter ?

Vient ensuite le moment où vous devrez planter l’oranger dans votre jardin. Pour cela, vous devrez l’enterrer dans le trou que vous aurez préparé à l’avance. Veillez à ne pas l’enterrer trop profondément afin que le plant puisse vivre libre, avec juste les racines enterrées. Vous aurez ensuite à mélanger de la terre avec du composte et de la corne et du terreau, et le mettre sur les racines du plant de manière à les enterrer.

Il est très important que la motte de l’oranger reste en surface, c’est la raison pour laquelle il sera nécessaire de tasser la terre au fur et à mesure. Vous pourrez ensuite finir par arroser le tout.

Faire pousser un oranger et en prendre soin

FD15829WH.jpg

Il faut savoir que le fait de planter un oranger dans son jardin ne se limite pas à l’enterrer. En effet, il existe une méthode pour prendre soin de l’oranger, de manière à ce qu’il puisse vivre longtemps et produire de beaux fruits. Il faut savoir alors qu’il est possible de le tailler de manière à obtenir une végétation assez basse. Dans ce cas, il ne sera pas nécessaire de le tuteuriser. Et puis, l’autre avantage c’est que le plant sera protégé des coups de vent qui peuvent lui faire perdre des feuilles.

Mais il sera par contre important de se pencher particulièrement sur la taille des rameaux de l’oranger. Il faut savoir en effet que ceux-ci se nourrissent aux dépens des racines du plant. S’ils sont trop nombreux, il sera alors nécessaire d’en réduire la taille et le nombre.

Comment arroser l’oranger ?

L’arrosage de l’oranger est une opération complexe. En effet, l’oranger est assez spécifique et comme tous les agrumes, il nécessite une technique d’arrosage particulière. Par exemple, il sera nécessaire d’arroser abondamment le plant tout en évitant que de l’eau ne s’accumule trop longtemps aux pieds du plant. En effet, l’eau sur le tronc a tendance à provoquer chez l’oranger de nombreuses maladies ainsi que le pourrissement du bois. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les plants de moins de deux ans sont arrosés avec une cuvette à proximité, pour récupérer l’excédent d’eau et pour éviter que le bas du plant soit inondé.

Comment choisir sa cuisine équipée ?

Comment choisir sa cuisine équipée ?

La cuisine est un lieu sacré où se façonnent les mets qui contribuent en partie à notre bonheur au quotidien. En effet, ce qu’adviendra de notre plat dépendra de beaucoup du milieu où nous l’avons préparé. La cuisine constitue, en ce sens, une source d’inspiration importante pour la plupart des adeptes de la cuisine. Par conséquent, elle ne se choisit ni s’aménage au hasard. Quid de la cuisine équipée.

Les critères à observer

Pour bien choisir sa cuisine, il faut tenir compte de plusieurs critères à savoir l’étendue de la surface où vont être aménagés les meubles de cuisine et les divers appareils électroménagers, la praticité et le niveau de perfectionnement recherché. Bien entendu, vous allez obligatoirement calibrer avec votre budget. Ainsi, avant d’opter pour un choix, il faut que vous mettiez en lumière tous vos besoins.

Pour cela, commencer par définir vos attentes. Combien de personnes que va accueillir quotidiennement votre cuisine, votre cuisine fera-t-elle office de salle à manger, sera-t-elle limitée à ses fonctions ou dotée d’un certain niveau d’enchantement…

Une cuisine équipée qui vous ressemble

Par la suite, ayez déjà une idée sur les styles de cuisine qui stimuleraient le plus votre inspiration tout en tenant compte de la fonctionnalité de cet espace. Vous pouvez en ce sens opter pour une cuisine classique en bois vernissé, une cuisine moderne toute en couleur, une cuisine contemporaine avec un ilot central ou tout simplement une cuisine qui nous rappelle la campagne et qui opte plus pour les matières boisées, terreuses ou pierreuses.

Du déballage à la cuisson

Mais sachez qu’une cuisine doit aussi disposer de tous les aménagements nécessaires pour une exécution bien ordonnée des recettes. cuisine équipéePour cela, on doit par exemple retrouver dans la cuisine un coin sec pour le déballage de tous les ingrédients achetés sur le marché. Ce coin servira également de préparation des ingrédients. Puis un coin stockage où seront entreposés le réfrigérateur, et la garde à manger si besoin.

Il faudra aussi prévoir un autre coin qui sera destiné au nettoyage des aliments et des ustensiles de cuisine, sans oublier le plus important : le coin cuisson où seront embrigadés les fours, les plaques de cuisson, les friteuses… Notons que c’est au dessus de cette zone que doit être installée votre hotte aspirante. Se doter d’un tel matériel est primordial pour aspirer les mauvaises odeurs dans la cuisine qui risqueraient de nuire à la bonne réalisation de votre plat.

Le budget

Viennent ensuite les questions en rapport avec le budget. Avant la mise en œuvre de tout projet, vous devriez en effet avoir une idée de la somme que vous êtes prêt à dépenser et cela, en accord évidemment avec vos besoins. Pour cela vous devriez faire un devis de cuisine en ligne. Ainsi, pour avoir ce devis, vous pouvez vous adresser à des cuisinistes concepteurs et installateurs de cuisines. Etudiez ensemble votre projet afin de déterminer la somme d’argent qu’il faut pour sa réalisation. Notons que les cuisinistes domptent presque la moitié des marchés de cuisines.

Comment choisir son monte escalier ?

Comment choisir son monte escalier ?

Le monte escalier est l’une des inventions de nos génies des meubles pour faciliter l’accès de la maison à toutes les personnes dont la mobilité des membres inférieurs est réduite pour diverses raisons. Quels paramètres doit-on tenir en compte pour le choix de son monte escalier ?

Les déplacements intérieurs

Pour bien choisir son monte escalier, il faut prendre en compte plusieurs critères, à savoir l’adéquation du monte escalier avec l’habitation où celui-ci va être installé. En effet, le monte escalier ne doit pas constituer une gêne pour les autres occupants de la maison. Il doit être compatible avec l’habitation, de manière à ce que sa largeur et sa disposition ne deviennent pas des éléments de contrainte lors des divers déplacements à l’intérieur de la maison.

Adéquation avec l’escalier

Mais encore faut-il qu’il soit possible d’installer le monte escalier sur l’escalier en question. En effet, avant de jeter votre argent à la fenêtre, veuillez vérifier si on peut aménager un monte escalier sur votre escalier. Pour avoir plus de réponses pertinentes sur la question, il vaut mieux faire visiter votre habitation par un professionnel du monte escalier. A savoir que quatre types d’escaliers peuvent accueillir une telle technicité : les escaliers tournants de plus de 70 cm de largeur, les escaliers droits assez larges, les escaliers en colimaçon et les escaliers qui se trouvent à l’extérieur de la maison.

Le confort de l’utilisateur

Avant l’acquisition d’un monte escalier, ce dernier doit aussi avant tout être confortable pour la personne qui va l’utiliser. Il doit épouser la morphologie et la taille de son utilisateur. Et pour plus de sécurité, toujours pour son utilisateur, monte escalier optionsparce qu’il s’agit de monter de manière indépendante en hauteur avec une mobilité réduite, il faudrait que le monte escalier soit doté de toutes les options de sécurité, comme des accoudoirs pour que son utilisateur puisse s’appuyer dessus et contenir par la même occasion son corps au niveau du siège.

Un monte escalier muni d’un marchepied est aussi une option importante. Le fait d’appuyer les pieds sur un marchepied, en montant l’escalier, fait que l’individu se sente confiant vu qu’il gagne de l’équilibre sur son siège.

L’installation par un professionnel

Puisque la sécurité de l’utilisateur prime, il faut obligatoirement faire appel à un professionnel pour faire installer votre monte escalier. Normalement, le technicien auprès du magasin où vous avez acheté votre appareil doit vous accompagner en ce sens. En faisant appel à lui, vous gagnerez donc en sécurité ; et puisque c’est un habitué du système, il montera en un rien de temps votre monte escalier (en seulement une matinée pour un monte escalier droit et une journée pour un monte escalier tournant).

Sachez également que le fait de faire appel à un professionnel constituera une garantie pour votre matériel. Quelque soit sa formulation, cette garantie peut s’étaler sur une ou deux années. Vous pouvez en même temps souscrire un entretien régulier de votre appareil auprès de votre fournisseur. Le prix d’un monte escalier peut varier de 2 800 euros à 15 000 euros selon le modèle et sa praticité.

Comment laver ses rideaux ?

Comment laver ses rideaux ?

Après un certain temps, les rideaux accumulent la poussière et deviennent sales. Tôt ou tard, vous serez alors amené à les laver. Mais alors, comment faire pour s’y prendre correctement ?

Une opération délicate

Laver ses rideaux n’est pas toujours chose facile. En effet, les rideaux sont souvent trop épais ou trop grands pour passer dans une machine à laver classique. Et pourtant, il n’est pas permis à tout le monde d’envoyer tous les rideaux et les voilages d’une maison au pressing à chaque fois. De plus, il faut laver chaque type de tissu d’une manière différente afin d’en préserver la texture et les couleurs.

Laver ses rideaux en coton ou en lin

coton

Il est tout à fait possible de laver soi-même les rideaux en coton ou en lin. Il faudra toutefois faire attention de ne pas laver les rideaux à 70°C ou plus, l’idéal étant de les laver avec une eau à 40°C voire moins. Ainsi, la fibre du tissu ne s’effilera pas et gardera toute sa splendeur et sa douceur. Si le rideau est de couleur blanc uni, il sera possible d’utiliser un agent blanchisseur : ainsi, le rideau conservera sa belle couleur éclatante. Généralement, toutes les lessives classiques en poudre en contiennent.

Si par contre il s’agit de rideaux en couleurs, il faudra utiliser une lessive spéciale couleurs ou encore une lessive liquide. Vous pourrez ensuite faire sécher les rideaux en coton au tambour, sans toutefois les sécher complètement : le soupçon d’humidité vous permettra ensuite de repasser aisément le rideau et enlever ainsi les faux plis. En ce qui concerne les rideaux en lin, il faudra par contre les sécher au soleil pour que le tissu garde son éclat.

Les rideaux en polyester

Il n’est pas rare de trouver des maisons où l’intérieur est décoré avec des rideaux en polyester, surtout pendant l’été. En effet, les voilages en polyester sont légers et esthétiques à la fois. Pour laver ce type de rideaux, il faudra impérativement utiliser de l’eau froide, à 30°C tout au plus. polyester En effet, le polyester supporte difficilement la chaleur, que ce soit l’eau chaude ou le repassage à haute température. Vous pourrez faire sécher les rideaux en polyester au tambour, sans risquer de les détériorer.

Attention toutefois à ne pas les laisser trop longtemps au tambour, car cela pourrait causer la formation de nombreux plis. Si c’est déjà le cas, rassurez-vous, car la solution existe : vous pourrez envoyer les rideaux en polyester au repassage, mais uniquement à basse température. Là encore, faites très attention à la température du fer à repasser, car une température trop haute pourrait froisser le rideau et y laisser une marque indélébile.

Les rideaux en soie

La soie est le tissu qui fera exception à la règle : il faudra s’assurer que les rideaux en soie soient lavés au pressing, dans la mesure où les produits de lavage ou encore le stress mécanique peuvent endommager la soie elle-même.

Comment produire du miel bio ?

Comment produire du miel bio ?

Il n’est rien de plus naturel et de plus extraordinaire qu’un bon miel fabriqué par les abeilles. Toutefois, ce produit peut être encore plus prodigieux s’il est d’une qualité bio. Néanmoins, combien même le miel bio soit exceptionnel et très apprécié, il est très difficile à produire. Voici donc quelques points essentiels à savoir sur la production du miel bio.

Le respect rigoureux d’un cahier des charges

Afin qu’un miel puisse être « labellisé bio », il devra répondre à un cahier des charges rigoureusement strict. Les règles de certification étant extrêmement sévères en Europe, seuls environ 300 apiculteurs parviennent à obtenir ce label. Et pour ajouter à la complexité de la tâche, chaque élément préconisé dans le fameux cahier des charges sera dûment contrôlé par un organisme certificateur qui se chargera de délivrer le label AB (Agriculture Biologique).

La zone d’implantation des ruches et les zones de butinage

Les ruches devront être installées dans les environs immédiats, soit dans un rayon de 3 km, d’une zone à agriculture bio ou encore sauvage. Ceci afin que l’étape de butinage ne s’opère pas sur des cultures ayant été traitées au pesticide. Il faudra aussi que les zones dans lesquelles les abeilles iront butiner soient suffisamment éloignées des villes, des usines, des décharges,… Une distance minimum de 3 km sera à respecter afin que les risques de « contamination » des végétations alentour soient évités au maximum.

Les matériaux de construction des ruches

ruches bio

L’habitat des abeilles devra être conditionné particulièrement pour obtenir le fameux label bio. Ainsi les ruches devront être constituées à partir de matériaux naturels sans aucun traitement protecteur, ni vernis synthétique,… Les besoins de protection contre les invasions extérieures telles que les rongeurs seront assurés dans le cadre des moyens attribués à l’agriculture biologique, spécifiés dans le « règlement CEE n°2091/92, annexe II..7/20 ». Les cadres intérieurs devront aussi être uniquement en cire biologique. Cette cire sera obtenue uniquement à partir d’opercules fondues ou de cadres de hausse fondus.

Le nourrissement et les soins des abeilles

Les abeilles seront uniquement nourries avec leur propre miel lors de la saison hivernale. Exceptionnellement dans le cas d’insuffisance du miel de nourrissement de l’abeille, il est possible d’avoir recours à un succédané de miel, mais cela sera obligatoirement effectué avec l’accord de l’organisme certificateur. En cas de maladie du cheptel, les soins devront se conformer à la législation actuelle en vigueur (A.M.M.).

Récolte, extraction et conditionnement du miel bio

miel bio

Il est strictement interdit d’utiliser des répulsifs chimiques au moment de la récolte du miel. La fumée des combustibles organiques et non polluants est autorisée ou tout autre technique naturelle. Une extraction à froid est aussi indiquée pour du miel bio. Chaque matériel utilisé dans cette étape devra être autorisé pour un contact avec les denrées alimentaires. Quant à l’étape du conditionnement, elle ne devra pas altérer la qualité du miel. Les matériels de conditionnement devront alors respecter les mêmes exigences que celles de l’extraction.

Comment lessiver un sol ?

Comment lessiver un sol ?

Les revêtements de sol diffèrent selon les moyens et les goûts de chacun. Il en est de même pour les opérations de nettoyage. En effet, il n’existe pas de recette standard pour nettoyer le sol. Ceci étant, c’est de la manière dont vous les laverez et des produits que vous utiliserez que dépendra la réussite d’un nettoyage. Voici quelques astuces pour lessiver un sol avec les 3 types de revêtements de sol que l’on rencontre les plus.

Pour les revêtements en carreaux

carreaux

Dans la plupart des habitations, on rencontre souvent des sols carrelés. Même si ceux-ci sont réputés être faciles à rendre propre, il subsiste néanmoins quelques précautions à observer pour que cette matière garde son éclat au fil du temps, malgré les agressions quotidiennes et les nettoyages dont elle fait régulièrement l’objet.

Pour ce faire, commencez par écarter de vos produits de nettoyage tous ceux qui sont composés d’anticalcaire, de poudre, d’acides ou d’eau de javel et surtout, ne cherchez pas loin.

  • Pour un nettoyage habituel, prenez votre savon liquide pour vaisselle et ajoutez-en quelques gouttes dans un seau rempli d’eau tiède. Servez-vous ensuite d’un balai microfibre. Vous verrez que votre sol sera bien propre.

  • Si votre sol en carreaux est trop sale pour un simple nettoyage, remplacez le savon liquide par un savon noir ou des cristaux de soude puis frottez le sol avec toujours le balai microfibre. Mélangez ensuite l’eau de rinçage avec quelques gouttes de vinaigre blanc.

Pour les sols en parquet

parquet

Habiller le sol avec des matières en bois allie à la fois distinction et simplicité à votre habitation. Mais pour que cette élégance soit et perdure, il faudrait adopter les bonnes manières en ce qui concerne le nettoyage. En principe, l’eau est à bannir de vos méthodes de nettoyage. Il s’agirait plutôt d’enlever les poussières de vos parquets. Ainsi :

  • Que les parquets soient enduits de vernis, huilés ou couverts de vitre, un coup de chiffon antistatique suffirait à dépoussiérer et à rendre propre vos parquets.

  • Soyez attentifs quant à leur propreté. Si par malheur, des taches viennent à salir votre sol, n’attendez pas qu’elles s’y incrustent pour nettoyer. Prenez un savon noir que vous allez mélanger avec de l’eau chaude, ou du bicarbonate de soude dilué dans de l’eau. Imbibez ensuite une éponge avec ce liquide puis frottez les taches doucement.

Pour lessiver un sol garni de moquette

moquette

Les moquettes constituent un revêtement de sol tout particulier dans la mesure où à part les poussières qu’il faut aspirer dessus, on a également ces parasites nuisibles à la santé qu’on appelle acariens dont il faut impérativement s’en débarrasser. Pour ce faire :

  • Recouvrez votre moquette avec du bicarbonate de soude en poudre. Laissez agir pendant une bonne heure avant de passer à l’aspirateur.

  • Ou après aspiration, vaporisez dessus de l’eau mélangée avec du citron et de menthe.

Comment réussir un investissement immobilier rentable ?

Comment réussir un investissement immobilier rentable ?

Aujourd’hui, les incitations gouvernementales pour encourager l’investissement immobilier sont nombreuses et alléchantes. Mais avant de se lancer dans cette aventure, il faut connaître quelques règles d’or de l’investissement immobilier.

Bien choisir l’emplacement du bien immobilier

Investir n’importe où, c’est un peu investir n’importe comment. Comme dans tout investissement, une étude préalable sera nécessaire. Pour cela, il faudra donc avoir des informations sur l’emplacement du bien immobilier : comment est la vue? Comment est le voisinage ? Est-ce que le quartier est calme ? Est-ce que les transports en commun passent à côté de l’immeuble ? Est-ce qu’il y a des commerces à proximité ? Voilà autant de questions qu’il sera nécessaire de se poser avant de s’avancer plus loin dans un tel projet.

Read more